Cela parait que nos meufs, quand elles sont entre elles, sont “pires que les hommes”.

Cela parait que nos meufs, quand elles sont entre elles, sont “pires que les hommes”.

Mes filles entre elles, ca fera un peu fantasmer les hommes, ca les degoute un brin aussi.

Plus vulgaires, plus directes, leurs propos seraient plus francs, plus intimes. Liberees du desir de plaire, elles se lacheraient. Je n’ai jamais ete dans ce type de discussions. Les rares fois ou j’ai eu des echos sur la sexualite de mes savoirs, c’etait plutot des plaintes genees. Paralli?lement i  cela, pas je n’ai pu dire de gros mots sans soulever l’indignation. Je n’ai jamais partage de moments intimes, calins, ou coquins avec mes potes. Cependant, je me suis souvent degote dans des discussions ou les femmes se plaignaient des hommes. Messieurs qui revez de discussions debridees ou nous celebrerions les performances sexuelles, dechantez. Voila votre que j’ai entendu, voila De quelle fai§on on vous voit.

D’abord, les hommes sont tous les memes.

L’ensemble de, sans exception. Leur comportement est en mesure de varier en surface, d’apres l’education qu’ils ont recue, mais au fond, ils fonctionnent tous une meme maniere. Au moment oi? une cherie crois etre tombee sur la perle rare, celui qui reste special, il y aura i  chaque fois un moment ou, decue, elle realisera que celui-ci ne l’est pas tant que ca, et elle trouvera une copine Afin de lui dire, en soupirant : “c’est les hommes !”.

L’integralite des hommes, donc, presentent une caracteristique aisee a apprehender : ils ont tous besoin de fourrer un bite frequemment dans un trou joliment orne. Ils sont tous des obsedes sexuels. Frequemment signifie que, s’il n’est gui?re satisfait par sa compagne, il viendra vraiment chercher ailleurs. En cas de tromperie, c’est forcement parce qu’il n’avait nullement ce que celui-ci voulait a la maison : ce n’est nullement qu’ils seront volages, c’est qu’ils ont des besoins, comme les bestioles. Je dirai plus loin qu’ils sont insensibles, donc la satisfaction de leur besoin passe, i  domicile, avant le desir de ne pas faire souffrir leur compagne. Les epouses seront donc perpetuellement en danger de devenir trompees, et pour eviter i§a, elles ecartent nos jambes, quitte a finir degoutees du sexe. Sinon, ben elles ne peuvent s’en prendre qu’a elles-memes. Quand ils voient une jolie femme, le desir les rend stupides. Ils paraissent donc faciles a manipuler mais, revers en medaille, volages. Un petasse bien gaulee pourra rapidement vous piquer votre mec, et d’ailleurs, puisque c’est dans sa nature, a lui, d’etre un neuneu devant un decollete, c’est nullement lui que l’on doit blamer, mais une telle salope.

Ce sont, qui plus est, des goinfres. On va pouvoir egalement des satisfaire en un cuisinant des menus nourrissants en quantite raisonnable. Inutile, sauf pour des types d’esthetes un brin vantards, d’introduire des saveurs subtiles ni d’employer des moyens de cuisson compliques : nos choses simples et agreables suffisent, de l’instant que l’estomac est beaucoup et que l’instinct du predateur recherchant le sucre et le gras reste satisfait. Ils ne peuvent pas apprecier la finesse d’une salade a toutes les crevettes safranees et il coi»te mieux un servir des frites avec un delicieux steak (avec une sauce a l’echalotte qui un donnera une excuser Afin de se bourrer de pain). Leurs besoins physiques des obnubilent et les empechent d’apprecier les choses delicates. Ils seront, sauf quelques tapettes vantardes, rustres au sein d’ leurs manieres. La classe, la politesse, la douceur, leur paraissent etrangers. Ce n’est pas de un faute, il sont insensibles. Ils se fichent de l’effet qu’ils produisent sur les autres (sauf lorsqu’ils provoquent des rires ou autres reactions qui les mettent en valeur), ils seront indifferents au mal qu’ils peuvent faire.Ils paraissent indifferents aux sentiments ordinairement. Ce n’est nullement qu’ils ressentent que dalle, c’est qu’ils seront incapable de s’y laisser aller : ils fuent lachement les sentiments et les complications qu’ils engendrent. Forcement, a la tele ou au cinoche, pas de films d’amour, aucun drames : il un faut des explosions, des course-poursuites, des corps dechiquetes, du rire gras et des filles a poil, sinon ils ne ressentent pas grand chose.

C’est laid, la violence a la tele, mais eux, ca leur plait. Au fond, ils sont l’ensemble de un peu violents. Il va falloir se mefier d’eux, la baffe va forcement partir, ma chance de bite un brin trop rude pourra i  chaque fois arriver. Et puis des predateurs rodent dans les rues. Notre violence des hommes peut etre fonctionnel lorsqu’il s’agit de vous defendre, mais quand elle vous retombe dessus.

L’insensibilite ajoutes a l’appetit de violence en fait des gens peu fiables. A vrai dire, ils seront irresponsables en ce qui concerne nos choses qui comptent vraiment : la maison, les gosses. Ils ne reflechissent gui?re, lorsqu’il s’agit de ces choses-la. A la maison, ils n’ont pas de sens de l’attention. De toute maniere, ca ne les interesse jamais. Faut rien un confier, faut tout faire soi-meme, sinon bonjour la catastrophe. Nuls pour prendre soin de leur logis et de leurs proches, ils sont aussi nuls Afin de prendre lait d’eux-memes. Ils paraissent sales. Ils degueulassent la maison sans faire gaffe, et un hygiene corporelle est en mesure de etre douteuse. Ils aiment rester dans leur propre puanteur. En fera, ils ne cherchent jamais a plaire, ils ne cherchent pas a etre beaux, agreables. C’est peine perdue : un homme, c’est laid. Autant une cousine, c’est joli (la preuve, des publicitaires en mettent partout pour decorer nos rues), autant 1 homme, c’est laid.

Les hommes seront orgueilleux, aussi. Manque en ce qui concerne leur physique, mais surtout en ce qui concerne leur force et leur habilete. Faut surtout jamais qu’ils croient qu’on les prend pour des chochottes, ou des blaireaux. Faut surtout pas essayer de bricoler ou de depanner la voiture : imaginez, quand on y arrivait mieux qu’eux, ils seraient malheureux, ils se sentiraient menaces.

Leave a Reply

Your email address will not be published.